La corrida : pour ou contre?

Publié le par Prince Occitan

 

 

 

 



Aujourd'hui je ne vais pas vous raconter une nouvelle histoire occitane mais vous faire participer à un débat séculaire :

Pour ou contre la corrida ?

Ah...... en voilà une bonne question !


Tout comme en Espagne, la corrida est une passion ancestrale en occitanie.

Plusieurs villes occitanes possèdent des arènes où elles organisent chaque année des corridas.

Bien évidemment la plus connue est celle de la feria d'Arles mais bien d'autres sont aussi réputées dans toute l'Occitanie.

 

Personnellement, je suis contre la corrida.

Par contre, j'apprécie les courses de vaches landaises, car je pense que cela n'a rien à voir avec une corrida.


Les courses landaises consistent en une joute face à une vachette devant laquelle il faut faire des passes afin de venir lui retirer la cocarde apposée sur le front.


Pour moi, la corrida est la mise à mort d'un taureau après une lente agonie.

Je sais, les aficionados vont certainement dire que si je suis occitan, je dois être pour la corrida.

Et bien non ! Je suis contre... ou plutôt, si, je suis pour, mais uniquement quand c'est le taureau qui fait voler le toréador ! Alors là je dois dire que cela me fait plaisir.

Après tout, chacun trouve son plaisir où il veut, non ?

Bon ça va, je plaisante !

On ne peut même plus rire dans ce pays !

Mais enfin je reste quand même contre la corrida.


Pour vous faire votre propre idée, je vais vous donner à lire une joute verbale que le journal La Provence a organisée entre deux personnes qui confrontent leur divergence sur le sujet : Mme Evelyne LanfranchiClaire (présidente des Clubs taurins réunis du Pays d'Arles) et Mme Starozinski (fondatrice de l'alliance anti-corrida).

 

Si cela vous tente, vous pouvez même aller sur le site du journal la Provence pour y déposer votre avis en cliquant sur le lien ci-dessous :


http://www.laprovence.com/articles/2009/04/11/785468-Region-en-direct-Pour-ou-contre-la-corrida-le-debat.php





Question La Provence :


- Paradoxalement, la corrida préserve-t-elle la race des taureaux ?


Evelyne Lanfranchi :


- "Si la corrida n'existait pas, la race de taureau aurait disparu. Cette race vivait à l'état sauvage, et s'est rapproché des hommes petit à petit, dans un 1er but alimentaire et un deuxième but, le jeu, le jeu taurin, qui existe depuis l'Antiquité, et qui s'est développé. Cette race-là a évolué de la main de l'homme et est devenue une race de taureau de combat et d'une catégorie d'aliment pour l'homme. Si la corrida aujourd'hui n'était pas le pourvoyeur principal de cette race de taureau avant tout sauvage, ce taureau n'existerait plus. Car pour pouvoir avoir de la viande, on a besoin d'un animal que l'homme puisse approcher. La passion du combat, propre à l'homme, a fait la survie de cette race de taureau".

 


Claire Starozinski :


- "Et moi je rêve d'un monde où les êtres humains ne s'entretueront plus et où cette "prétendue" passion du combat n'existera plus. Concernant le taureau, le taureau "de combat" n'a rien d'une race. Ce n'est que l'expression partielle du patrimoine génétique de l'aurochs, son ancêtre. Le conserver n'a d'intérêt que pour les utilisateurs qui en retirent pas mal d'argent, ne l'oublions pas. Et n'oublions pas non plus que de nombreuses races de bovidés disparaissent tous les jours, et personne ne prend la peine de s'en indigner".


- Est-il possible d'imaginer une corrida sans violences ?

 


Claire Starozinski :


- "Une corrida sans affaiblir le taureau et le mettre à mort, c'est techniquement impossible. Il faudrait le toréer pendant au moins 5 heures. De plus, un taureau qui a approché l'homme ne peut plus "resservir" (terme employé par les aficionados). Ce taureau deviendrait un "criminel" s'il était employé une deuxième fois car il foncerait directement dans l'homme à la première minute. Il existe néanmoins une alternative que l'Alliance anti-corrida ne condamne pas : il s'agit de la course camarguaise, un véritable sport organisé autour d'une fédération. Ici le taureau est roi, et son nom est écrit en lettres capitales sur les affiches".

 


Evelyne Lanfranchi :


- "Pour moi, la corrida n'aurait plus de sens sans la mort du taureau, parce que la corrida est la preuve de l'intelligence de l'homme, le torero, face à un animal, de plus de 500 kg, dont la nature est le combat. Pour moi, sans que cette pratique se généralise, le sommet d'une corrida est la possibilité de donner la vie au taureau, c'est-à-dire la grâce du taureau".


- La corrida fait partie d'une culture. La tradition peut-elle excuser la souffrance d'un animal ?


Evelyne Lanfranchi :


- "Les traditions, aussi bien en course camarguaise qu'en corrida, ont évolué avec le temps. Il est vrai que la tauromachie espagnole est arrivée dans les années 1860, 70 en France. Je pense que nous sommes plutôt dans un monde d'évolution plutôt que de tradition face à la tauromachie. Je parlerais donc plus de "culture", qui correspond mieux au monde de la transmission de la culture taurine. Pour moi, on est dans une notion de rite initiatique plus que de tradition : mon père m'a pris par la main pour rentrer aux arènes".


Claire Starozinski :


- "Un rite initiatique payé par les taureaux en sang et en souffrance, est-ce bien raisonnable ? Ce n'est pas parce qu'une chose est ancienne qu'elle est bonne. On doit se débarrasser de toutes les traditions qui empêchent l'humanité d'évoluer vers un avenir meilleur. La culture, c'est ce qui élève l'être humain et non pas ce qui lui permet d'actualiser des pulsions de mort que nous avons tous en chacun de nous. Il est grand temps que chacun trouve un autre véhicule expiatoire que les taureaux de corrida pour approcher la mort. Je suggère de se rendre deux ou trois fois par semaine dans un hôpital ou une maison de retraite... ".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eriko 26/10/2016 23:55

La corrida espagnole n'est pas une tradition française. Elle a été introduite en 1853 par l'empereur Napoléon III pour faire plaisir à son épouse Eugenia de Montijo qui était espagnole. Ce n'est donc pas une "passion ancestrale" en Occitanie. D'autres jeux taurins beaucoup moins cruels et plus intelligents existent en Occitanie. Et ce depuis le Moyen-âge. Comme l'a dit Gandhi « On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités. » Cette pratique régresse en Espagne et dans les pays d'Amérique du Sud.

Joanie 05/04/2012 02:57

My god... La seule chose que la corrida n'a jamais été et ne sera jamais dans une évidence et une logique absolue c'est bien d'être INTELLIGENT ?!?! Pourquoi ne pas utiliser à la place des GRANDS
DANOIS. Oui oui des chiens à la place? Ah...ok parce que c'est trop cruel d'accord... C'est ça le raisonnement du "cerveau" humain... C'est cruel pour certains animaux mais pas pour
d'autres...C'est ça l'intelligence de notre civilisation et de ceux qui paient leur billet. Il ne faut pas avoir beaucoup d'éducation, de QI et de QE pour apprécier ce genre de spectacle sanglant
et d'agonie. Houston.

aurel 18/06/2011 15:53


Dans un premier temps je tiens à dire que je suis d'accord sur un point sans corrida cette espèce va tendre à disparaître. Et moi amoureux des taureaux de combat ne le souhaite pas. Car noublion
les condition d'élevage de ce bétail si particulier serais impossible sans la pation de l'animal et de la corrida qui va avec.
Mais je souhaite aussi demander àla personne qui écris se blog et annonce ne pas aimer la corrida ce qui ne me dérange pas à condition de ne pas vouloir l'interdire.
Si on aime pas on ne va pas aux arrenne et c tout.
Mais surtout la course je demande à la personne de se renseigner avnt d'écrire des bétise sur son blog, car vous faite des confusion entre nos tradition de course landaise et de course camargaise
ou autrement à la cocarde.
en course landaise on attache la vache pour faire des écrd la sauter .......
et en course cammargaise on a un taureaux et non une vachette pour commencer, sur cet animal sont acrocher gland cocarde et ficelle qu'il faut enlever lors de raser devant l'animal.
Je suis un passionner de toutes forme de jeu taurin que l'on peu trouver chez moi a Nîmes merci de ne plus faire ce genre de confusion.


kitoune 11/06/2009 00:23

Débat complexe, mais je n'ai jamais vu de corrida ! quant aux vaches landaises mes enfants ont vécu l'expérience des férias Bayonne, comme toute la jeunesse... moi pas ;)

Gwailir 06/06/2009 22:26

Globalement je ne suis pas pour le genre de spectacle qu'offre la corrida; il me semble qu'il en existe une variante, portugaise je crois, où il n'y a pas de mise à mort. Si je peux reconnaître le courage du toréro et l'égalité (hum, hum...) du combat, je pense que les spectateurs ne sont que des voyeurs un tantinet "bizares".