Jean Jaurès (1859-1914)

Publié le par Prince Occitan



Il y a 150 ans naissait à Castres (Tarn) Jean Jaurès, grand homme politique Français d’origine Occitane, et grand défenseur de la langue du Midi.

Je ne viens pas vous faire un immense discours sur sa vie car je suis sûr que vous trouverez dans toute bonne librairie de quoi alimenter votre curiosité. Je tenais juste à vous faire lire un petit passage de ses écrits qu’il fit à La Dépêche.

Il faut dire qu’en cette année 2009, nous célébrons les 150 ans de sa naissance et bon nombre de commémorations* auront lieu dans la région Midi-Pyrénées.

       

Voici donc un extrait de « l’éducation populaire et les patois », texte paru à la une de La dépêche le 15 Août 1911.

Jean Jaurès y écrivit près 1500 articles entre 1887 et 1914.

 

 

L’Education populaire et les « patois »

 

Il y a un an, dans le loisir d’esprit de nos vacances parlementaires, j’avais discuté la thèse de ceux qui croient pouvoir ressusciter en France une civilisation méridionale autonome et faire de la langue et de la littérature du Languedoc et de la France un grand instrument de culture. J’avais établi, je crois, qu’il y a là une grande part de chimère, que la langue et la littérature de la France étaient désormais et seraient de plus en plus pour tous les Français, le moyen essentiel de civilisation. […]

       

Mais je disais aussi avec une force de conviction qui ne fait que s’accroître, que ce mouvement du génie méridional pouvait être utilisé pour la culture du peuple du Midi. Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce qu’on appelle d’un nom grossier « le patois ». Ce ne serait pas négliger le français, ce serait le mieux apprendre familièrement dans son vocabulaire, dans sa syntaxe, dans ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal. Ce serait, pour le peuple de la France du Midi, le sujet de l’étude linguistique la plus vivante, la plus familière, la plus féconde pour l’esprit. Par-là serait exercée cette faculté de comparaison et de discernement, cette habitude de saisir entre deux objets voisins, les ressemblances et les différences, qui est le fond même de l’intelligence. Par-là aussi, le peuple de notre France méridionale connaît un sentiment plus direct, plus intime, plus profond de nos origines latines. […]

       

Du même coup, ce qu’on appelle « le patois » est relevé et comme magnifié. Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles de montrer comment aux XII et XIIIes siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art ; comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du Nord, mais que de merveilleuses ressources subsistent en lui ! […]

 

 

Article paru dans la Dépêche du Midi le 15/03/2009


Ma conclusion

Dans la langue Occitane subsiste encore bon nombre de ressources.

Alors pourquoi la dévaloriser ?

Pourquoi l’oublier ?

Pourquoi ne pas l’enseigner à tous nos enfants ?

Pourquoi tous les politiques du sud ne la soutiennent-ils pas?

…Pourtant bon nombre d’entres eux sont issus du pays occitan…

Alors qu’attendent-ils pour défendre la culture de leurs ancêtres. Non, ce ne serait pas dévaloriser le français, bien au contraire (comme le disait M. Jean Jaurès), mais une immense chance donnée au peuple Occitan de se souvenir de son passé et de sa culture. Alors Mesdames et Messieurs les politiques Occitans, œuvrez comme M. Jean Jaurès et soutenez votre patrimoine linguistique !

 

Prince Occitan

 


 

*Les dates des manifestations prévues n’étant pas encore précisées, je ne peux vous les donner mais ne manquerai pas de vous les faire connaître le temps venu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kitoune 11/06/2009 00:43

Au temps ou on nous oblige a participer à l'Europe, on laisse un peu de coté nos belles régions !